Paris International Festival of Psychedelic Music

paris psych festival

martin

This week-end, the French capital will welcome its first psychedelic music festival: the Paris International Festival of Psychedelic Music. Rock, shoegaze and techno live performances by bands such as Zombie Zombie, The Soft Moon, Toy, The KVB… will take place at the Machine du Moulin Rouge on July 4th-5th. Along with this event, an « off » festival will be presented at the Plage du Batofar on July 6th and a psychedelic art exhibition will run till July 30th at la Bellevilloise. We’ve met music programmer Michael Mateescu and Anastasia Andrieu, who organized the exhibition, to chat with them about this amazing festival.

———

Text & selection, TARA BENVENISTE.
Illustration, Martin Sharp, Explosion – all rights reserved

———

L’Insolent: What is the idea behind this festival?

Anastasia: We looked for psychedelia in the contemporary era. For the exhibition, it meant mixing contemporary artists with artists from the 70’s, that is why I asked for Jaïs Elalouf’s art collection. I wanted to trace back the evolution of psychedelia in art from the 60’s to nowadays.

Michael: In terms of music, psychedelia is a very old genre that is experiencing a revival. The idea was to bring together a very modern approach with the idea of revival.

What were the key words when working on this festival?

Michael: We didn’t want to focus on pure psychedelia, so we broadened our horizons with musical genres that were quite similar. We have some very psychedelic bands like The Oscillation, others like The Soft Moon and The KVB are more shoegaze and “noise psychedelic » music. In Paradisum Takeover is techno music, but with a psychedelic esthetic. The idea was to bring all those things together within the same festival.

Anastasia: As for the art, it is the same thing, we wanted to have an “open-minded” version of psychedelia. The origin of the word itself means “freeing the mind”, and that was what we wanted to do: free the mind, stimulate the brain and its imagination.

What kind of image of art and music would you like to convey with this festival?

Michael: We want to show that psychedelia is very much alive today.

Anastasia: We want to give those artists a chance to be heard and discovered elsewhere.

What is the link between visual arts and music in the festival?

Michael: Art and music cannot be separated.

Anastasia: Especially for psychedelia, which is a very visual music genre. In the 70’s, there were light shows with every concert.

What is the meaning of psychedelia for you?

Anastasia: A trip in imaginary lands, a freed mind, going back to basic notions from the 70’s…

Michael: It is life!

———

The Psychedelic Playlist

———

Ce week-end, la capitale accueillera son premier festival psychédélique : le Paris International Festival of Psychedelic Music. Concerts et DJ-sets de rock, shoegaze et techno animeront la Machine du Moulin Rouge le 4 et 5 juillet, où se succèderont Zombie Zombie, The Soft Moon, Toy ou encore The KVB. L’événement sera assorti d’un festival en off le 6 juillet à la Plage du Batofar et d’une exposition d’art psychédélique à la Bellevilloise jusqu’au 30 juillet. Nous avons rencontré à cette occasion le programmateur du festival, Michael Mateescu et l’organisatrice de l’exposition, Anastasia Andrieu, pour discuter avec eux de cet événement qui promet d’être sensationnel.

L’Insolent : Quel est l’esprit du festival ?

Anastasia : C’est de retrouver le psychédélisme dans la période contemporaine. En ce qui concerne l’exposition, il s’agit de mélanger des artistes contemporains avec des artistes des années 70, c’est pourquoi j’ai fait appel à la collection de Jaïs Elalouf. Je veux retracer les étapes et l’évolution du psychédélisme dans l’art depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui.

Michael : Dans la musique, le psyché est un genre très vieux qui connait aujourd’hui un renouveau. L’idée, c’est de se retrouver en même temps dans un esprit moderne et dans un esprit de revival.

Quels ont été les mots d’ordre de la programmation ?

Michael : On n’a pas voulu rester uniquement dans le psyché pur, mais on s’est ouverts à plein de genres musicaux qui sont à la frontière. Il y a des groupes vraiment psychés comme The Oscillation, et d’autres comme The Soft Moon et The KVB qui sont plus psyché shoegaze ou noise psyché. In Paradisum Takeover c’est de la techno, mais de la techno qui a une esthétique vraiment psyché. L’idée c’était de rassembler toutes ces choses dans le même festival.

Anastasia: En art, c’est la même chose, on veut du psyché ouvert. Étymologiquement, le terme de psychédélique signifie «la libération de l’esprit», et c’est ça notre mot d’ordre: se libérer l’esprit, stimuler son mental et son imaginaire.

Quelle idée de la musique et de l’art souhaitez-vous véhiculer à travers ce festival ?

Michael: L’image qu’on veut véhiculer, c’est que le psychédélisme est toujours vivant dans notre ère.

Anastasia: On veut donner leur chance à des artistes qui n’ont pas forcément l’occasion d’être exposés ou entendus ailleurs, donc c’est quelque chose de très communautaire.

Comment concevez vous le lien entre la partie musicale et la partie artistique du festival ?

Michael: L’art et la musique sont indissociables…

Anastasia: …surtout dans le psychédélique, qui reste une musique très visuelle. Dans les années 70, il y avait les light shows qui accompagnaient automatiquement les concerts.

Qu’est-ce que le psychédélisme signifie pour vous aujourd’hui ?

Anastasia : Un voyage dans l’imaginaire, la libération de l’esprit, l’ouverture, retrouver les notions des années 70…

Michael : C’est la vie !

Related Posts
Soko_pierre_ange_carlotti_l_insolent_ho;e