Melody’s Echo Chamber, la mélodie pop du futur

melody's echo chamber

melody's echo chamber hugo boss

Melody porte une robe Hugo Boss et une montre Rolex.
Photographed by Julien Cozzolino. Styled by François Castrillo

Un peu lunaire, un peu magique, Melody Prochet est à l’image de ses morceaux. Lorsqu’elle entre dans la pièce, on reconnaît immédiatement l’artiste : elle possède sa féminité, sa timidité, sa pureté et son charme. La jeune femme témoigne de la même ambivalence que sa musique, et présente des côtés très colorés, ponctués de notes plus sombres. La rencontrer, c’est presque comme l’écouter chanter. Melody grandit dans le sud de le France, où elle écrit ses premiers morceaux dans le home-studio de son frère aîné. Vers 18 ans, elle s’installe à Paris et rencontre des musiciens et des producteurs. Elle commence alors à enregistrer sa musique sous le nom de My Bee’s Garden, mais son label ferme à la sortie de son premier album, qui restera alors dans l’ombre. Le projet Melody’s Echo Chambers naît en 2011 lorsque la jeune femme rencontre Kevin Parker de Tame Impala, après leur premier concert à Paris. Fascinée par le son cosmique de sa guitare, elle l’interroge sur ses moyens de production, et lui offre le CD de son groupe. Dès le  lendemain, Kevin la contacte : il écoute l’album en boucle, et lui propose de venir tourner avec eux en Europe. Peu à peu, cela se transforme en collaboration, et l’aventure commence…

Melody’s Echo Chamber, c’est une voix cristalline, de longues envolées psychédéliques, des arrangements un peu sales, et une mosaïque d’émotions. Un parfait équilibre entre la candeur de mélodies acidulées, et le son ténébreux de la touche expérimentale de Kevin Parker. C’est l’harmonie entre le jour et la nuit, la rencontre de deux sensibilités complémentaires qui s’unissent pour former une cathédrale psyché-pop résolument rétro-futuriste.

Par Tara Benveniste

Related Posts
Soko_pierre_ange_carlotti_l_insolent_ho;e