L’exposition « Pasolini Roma » à la Cinémathèque française

Pasolini

pier_paolo_pasolini

La Cinémathèque française met à l’honneur à partir d’aujourd’hui Pier Paolo Pasolini. Cet artiste polyvalent – cinéaste, poète, auteur, penseur – noue à partir de 1950, année de son arrivée dans la capitale italienne, une histoire d’amour tourmentée avec Rome. La ville habitera profondément son cinéma et restera tout au long de sa vie le théâtre privilégié de son existence hors normes. Homme révolté, d’opinions, de lettres, personnage public tantôt honni, tantôt adulé, il représente à lui seul les paradoxes et les transformations culturelles et politiques de l’Italie au moment charnière des années 1960-1970. A la fois profondément représentatif de son époque mais également incarnation de l’Italie moderne encore aujourd’hui, Pasolini s’engage, choque, déplaît, et déchaîne les passions par l’acuité de son regard. Un artiste aux opinions tranchées, dont se nourrit son oeuvre aux visages multiples, de l’Evangile selon Saint Matthieu aux 120 journées de Sodome.

Dans cette Rome qui l’a vu mûrir en tant qu’artiste et mourir en homme persécuté et blessé qu’il était, l’exposition nous entraîne dans les dédales d’une vie à part, une vie pasolinienne. Jamais exposition sur Pasolini n’a été riche d’autant de matériaux. Ses combats, ses amours, ses abjurations ; mais aussi ses autoportraits, ses poèmes et même la galerie idéale des peintres contemporains qu’il a décrite avec précision dans un poème : Morandi, Mafai, De Pisis… De la puissance de création de Pasolini à ses plus profondes et communes angoisses, le visiteur se trouvera tantôt face à l’artiste tantôt face à l’homme. Peindre ving-cinq ans de passion, de drame, d’amour et d’art, c’est le défi que s’est lancé La Cinémathèque française en offrant une exposition exigeante qui s’adresse tant aux connaisseurs jamais rassasiés qu’aux curieux qui pousseront les portes d’une vie de création. Du 16 octobre au 2 décembre la Cinémathèque organise également une grande rétrospective des films de Pasolini. Ces évènements coincident avec la sortie dans les salles de cinéma de trois films de Pier Paolo Pasolini : Salo ou les 120 journées de Sodome (1975), Médée (1969) et Mamma Roma (1962). Une carte interactive retrace, sur le site de l’exposition, la relation intime que Pasolini entretenait avec la capitale.

Exposition Pasolini Roma
Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014 à la Cinémathèque Française
Commissariat : Gianni Borgna, Alain Bergala, Jordi Ballo

Par Deborah Mbiga-Epelbaum

Related Posts
Soko_pierre_ange_carlotti_l_insolent_ho;e