Grand Blanc, l’interview insolite

Grand Blanc interview l'insolent

Grand Blanc L'Insolent Guilaume_Lechat

———

By Tara Benveniste.
Photographed by Guillaume Lechat

———

Grand Blanc, c’est ce vent glacé qui souffle dans nos oreilles parisiennes depuis quelques mois, et dont on a déjà du mal à se passer. Après un premier EP très remarqué en septembre 2014 chez Entreprise, le groupe enchaîne les concerts. Le quartet, toujours plus rock, incarne le retour des heures sombres de la cold-wave. Nous les avons rencontrés entre deux dates pour une interview aussi insolite qu’inutile.

L’Insolent : Si Grand Blanc était un objet ?

Camille : Ce serait une roue !

 

Si Grand Blanc était une femme ?

Benoît: Camille Delvecchio ! (ndlr, la chanteuse du groupe)

 

Si Grand Blanc était un film ?

Camille : « My Winnipeg » de Guy Maddin, c’est un film trop bien, on adore ce réalisateur. Il a fait son film un peu de la même manière que nous avons fait notre premier EP, car il parle de sa ville, qu’il déteste et qu’il aime. Sauf que lui sa ville est au Canada.

Si vos morceaux étaient des plats ?

Vincent : Pour Samedi la nuit, je verrais bien une grosse couche de lasagnes.

Camille : Ha non non, moi je verrais bien un gros tartare, mais sans oeuf.

Vincent : De la viande hachée mais pas cuite !

Camille : Montparnasse ce serait..

Vincent : La cerise sur le gâteau ?

Camille : Non, l’espèce de truc transparent totalement inutile qu’il y a avec les sushis. Ca irait bien parce que c’est super beau.

Benoît : Degré zéro serait un plat qui se mange froid !

 

Si votre EP était un paysage ?

Luc : La friche industrielle !

Benoît : C’est facile, la pochette est un paysage.

Luc : La French Valley.

———

Grand Blanc est en concert au Point Ephémère le 23 février 2015, à l’occasion du Festival A Nous Paris Fireworks

———

Grand Blanc is that icy wind that has been blowing in our Parisian ears for several months, and to which we’ve already become addicted. After a highly acclaimed first EP in September 2014 on Entreprise records, the band hasn’t stopped performing for a day. The rock quartet embodies perfectly the return of cold-wave’s dark hours. We met with the band between two sessions for an unusual and pretty useless interview.

If Grand Blanc were an object?

Camille: It’d be a wheel!

 

If Grand Blanc were a woman?

Benoît: It’d be Camille Delvecchio! (ed, the singer of the band)

 

If Grand Blanc were a movie ?

Camille: «My Winnipeg» by Guy Maddin, it’s a great movie, we love this director. He made his movie the same way we made our EP, because he talks about his city that he both loves and hates. Except that his city is in Canada.

If your songs were dishes?

Vincent: For Samedi la nuit, I’d say very thick lasagnas.

Camille: Oh no no, I’d say a big tartare, but without the egg.

Vincent: Some raw minced meat.

Camille: Montparnasse would be…

Vincent: The icing on the cake?

Camille: No, that transparent thing that is served with sushi and that is completly useless. It would match, ’cause it’s very beautiful.

Benoît: Degré Zéro would be a dish best served cold.

 

If your album were a landscape ?

Luc: A brownfield!

Benoît: It’s easy, the EP’s artwork is a landscape.

Luc: The French Valley!

Related Posts
Soko_pierre_ange_carlotti_l_insolent_ho;e