Best of Cannes 2015 – The Lobster, de Yorgos Lanthimos

IMG_0092.CR2

———

Par Elsa Klughertz

———

Le réalisateur de Canine, qui avait obtenu le prix en séléction Un certain Regard en 2009, nous plonge à nouveau dans ses fantasmes. L’enfermement physique – la construction d’endroits clos qui seraient la métaphore d’une vie réglée par des lois morales, une conscience malmenée par le collectif et des pulsions et fantasmes sexuelles restés frustration. À travers cette fable Lanthimos va plus loin encore et nous plonge dans un futur proche, où les êtres humains vivent dans un monde dans lequel ils n’ont pas le droit d’être célibataires. Ils disposent ainsi de 45 jours pour trouver un partenaire. Si ces derniers échouent, ils se transforment en un animal qu’ils auront choisi à leur arrivée.

———

The Lobster est une fable, un conte, une ode au romantisme…

———

Colin Farrell arrive dans cet hotel et choisit le homard. Parce qu’il a le sang bleu, et parce qu’il a une capacité infinie de reproduction. Ce film, à la fois théorique, abstrait et cérébral, est avant tout une métaphore et une ode au romantisme. En effet, les images de la première partie du film ne sont que de grands espaces vierges, des lacs et des champs de blés immaculés. Les décors sont sublimes et nous portent.

La seconde partie du film se déroule dans la foret, plus obscure mais toujours aussi romantique. Ici, se déroule le combat des solitaires – incarné par Léa Seydoux qui les représente. Ce parallèle constant entre cet hotel entouré de grands espaces et cette forêt traversée par toutes sortes d’animaux, que l’on imagine incarner des célibataires, restés solitaires et donc perdants – nous hypnotise et nous perd.

Appelons-le comme nous le voulons : ce film, ce conte, cette fable, ce tableau est avant tout un questionnement bouillonnant autour de la possibilité de la rencontre dans un monde contemporain et du fantasme d’un amour fidèle et éternel. Exaltant le mystère et le fantastique, cherchant l’évasion et le ravissement dans le rêve, le morbide et le sublime.  Idéal ou cauchemar ce film expose une sensibilité passionnée et mélancolique – un romantisme perdu.

The Lobster, réalisé par Yorgos Lanthimos. Sortie française le 28 octobre 2015.

IMG_2135.CR2

IMG_2135.CR2

Related Posts
Soko_pierre_ange_carlotti_l_insolent_ho;e